conjugaison francaise
Verbe en a
Verbe en b
Verbe en c
Verbe en d
Verbe en e
Verbe en f
Verbe en g
Verbe en h
Verbe en i
Verbe en j
Verbe en k
Verbe en l
Verbe en m
Verbe en n
Verbe en o
Verbe en p
Verbe en q
Verbe en r
Verbe en s
Verbe en t
Verbe en u
Verbe en v
Verbe en w
Verbe en x
Verbe en y
Verbe en z

Recherche un verbe
Verbe et conjugaison Conjuguaison et verbes francais Conjugaison et les temps Regle de conjugaison
Top 200 Verbes :
Accueil > Règles de conjugaison

Règles de conjugaison

eXdXiXtXCXMXS-2007-10-26 20:09:59

Modes

En conjugaison, un mode est la façon avec laquelle un verbe traduit un état ou une action.
 
Il existe 4 modes personnels, c'est à dire qui utilisent les pronoms personnels (je, tu, il, nous, vous, ils...) : 
 
Il existe 3 modes impersonnels, qui n'utilisent donc pas de pronoms personnels : 
 

Temps

Les temps permettent d'indiquer à un verbe à quel moment se situe l'état ou l'action dans le temps (et parfois quand cela a débuté, débute ou débutera et/ou quand cela à fini, fini ou finira).
 
Le présent :
 
L'imparfait :
  • Je roulais un joint quand je suis tombé de ma chaise.
  • L'action se déroule dans le passé (le début et la fin de l'action ne sont pas connues mais l'action est déjà terminée).
  • Il existe différents imparfait par mode : l'imparfait de l'indicatif et l'imparfait du subjonctif.
 
Le passé simple :
  • Soudainement, une boulette tomba et brûla ma tongue.
  • L'action se déroule dans le passé (le début de l'action arrive d'un seul coup et bien que la fin de l'action soit déjà terminée, la fin n'est pas connue).
  • Il existe un seul passé simple à savoir celui de l'indicatif.
 
Le passé composé :
  • Nous avons bu hier soir, et pas qu'un peu.
  • L'action se déroule dans le passé mais un passé proche (le début et la fin de l'action ne sont pas connues mais l'action est terminée).
  • Il existe un seul passé composé à savoir celui de l'indicatif.
 
Le futur simple :
  • Ma beuh séchera demain.
  • L'action de déroule dans le futur (le début de l'action n'a pas encore commencé et on ne connait ni le début ni la fin de l'action).
  • Il existe un seul futur simple à savoir celui de l'indicatif.
 
Le futur antérieur :
  • Dès qu'il aura fini celui-là, il en roulera un autre.
  • L'action se déroule en ce moment mais la fin de l'action se situe dans le futur (le début de l'action n'est pas connu mais la fin quant à elle est connue).
  • Il existe un seul futur antérieur à savoir celui de l'indicatif.
 
Le passé antérieur :
  • Dès qu'il eut fumé toute la tête, il partit.
  • L'action se déroule dans le passé (le début de l'action n'est pas connu mais le fin quant à elle est connue).
  • Il existe un seul passé antérieur à savoir celui de l'indicatif.
 
Le plus-que-parfait :
 
Le présent du conditionnel :
  • Je croyais qu'elle fumerait.
  • L'action de déroule dans la passé. C'est un sorte de futur mais dans le passé, on parle d'ailleurs de futur du passé.
  • Il existe un seul conditionnel présent.
 
Le passé du conditionnel :
  • Je croyais qu'on aurait fumé avant de partir.
  • L'action se déroule dans le passé mais elle est déjà terminée par rapport à un moment précis. On parle aussi de futur antérieur du passé.
  • Il existe 2 forme du conditionnel passé : le conditionnel passé 1ère forme et le conditionnel passé 2ème forme.
 

Groupes

Les verbes sont rangés dans 3 groupes (sauf les verbes être et avoir qui sont des verbes auxiliaires et qui ne sont rangés dans aucun groupe).
 
1er groupe :
Ce groupe contient tous les verbes qui se terminent par -er (à l'exception du verbe aller).
Exemple : planter, arroser, ramasser, sécher, rouler, fumer...
 
2ème groupe :
Ce groupe contient tous les verbes qui se termine en -ir et dont le participe présent se termine en -issant.
Exemple : farcir est un verbe du 2ème groupe car il se termine par -ir et s'écrit "en farcissant" au participe présent.
Par contre, le verbe cueillir n'est pas un verbe du 2ème groupe car il s'écrit "en cueillant" au participe présent.
 
3ème groupe :
Ce groupe contient tous les verbes qui ne respectent pas les règles d'appartenance au 1er groupe ou au 2ème groupe.
On parle alors du groupe des verbes irréguliers. Ce sont tous les verbes qui se terminent en -ir dont le participe présent ne forme pas la terminaison -issant, les verbes qui se terminent en -oir et en -re, et exceptionnelement le verbe aller.

Accords avec le sujet

Habituellement, le verbe s'accorde en nombre avec son sujet.
On peut le savoir en se posant la question "Qui est-ce qui ?" ou "Qu'est-ce qui ?".

Avec un seul sujet :
Exemple 1 : Ce joint est blanc.
"Qui est-ce qui est blanc ?" : Ce joint, il n'y en a qu'un seul.
Exemple 2 : Ces joints sont blancs.
"Qui est-ce qui est blanc" : Ces joints, il y en a plusieurs.
 
Avec plusieurs sujets :
Si il existe plusieurs sujets, on considère qu'il s'agit d'un pluriel. Pour le genre, le masculin l'emporte. Il suffit en effet d'un seul sujet masculin parmi 5 sujets féminins pour que le masculin l'emporte.
Exemple 1 : Ce joint est blanc.
Exemple 2 : Ce joint et ce filtre sont blancs.
Exemple 3 : Les feuilles sont vertes.
Exemple 4 : La feuille et la tête sont vertes.
Exemple 5 : La feuille et le pied sont verts.

Accord avec le participe passé

Pour apprendre les accords du participe passé, cliquez sur : Comment conjuguer au participe passé ?

Accents

Double consonne et simple "x" :
Pas d'accent sur une voyelle suivie d'une double consonne (exemple : effeuiller) ou d'un simple "x" (exemple : exfolier) sauf si l'accent sert à faire la différence entre 2 verbes (exemple : il désirait qu'ils crûssent ses pieds de beuh du verbe croître qui sert à différencer il désirait qu'il crussent sa recette du space cake du verbe croire).
 
Verbes en -eler et -eter :
Pour tous les verbes qui se terminent par -eler et -eter, le 1er "e" deviend un " si la syllabe suivante contient un "e" muet. Par exemple : il pèle sa mère ou tu pètes encore. Cette règle ne s'appliquent pas aux verbes suivants : appeler, jeter et tous les verbes qui doublent la lettre "l" ou la lettre "t" devant une syllable contenant un "e" muet (exemple : j'appelle toto apéro car il n'y a plus rien ou je jette mon tarpet sinon je me brûle).
 
Verbes qui commencent par "dé" :
Pour tous les verbes qui commence par "", on écrit un "é" (exemple : dérailler), sauf si un "s" de liaison apparaît. Dans ce cas il y a 2 possibilités : soit la sonorité est un "S" et on écrit alors "de" (exemple : dessecher), soit la sonorité est un "Z" et on écrit alors "" (exemple : désherber).
 
Forme interrogative :
Dans la forme interrogative, si le verbe se termine par un "e" final, il faut écrire un accent grave "è" comme par exemple : Puissè-je tirer dessus ? Aimè-je vraiment le faire tourner ?
Lorsqu'un "i" est suivi d'un "t" à la fin d'un verbe, on met un accent circonflexe comme reconnaître (exemple : il reconnaît toutes les espèces) ou accroître (exemple : il accroît son feuillage). Mais vous pouvez également mettre un "i" sans accent circonflexe car ce n'est plus une obligation.
 
Imparfait du subjonctif :
Il faut mettre un accent circonflexe à la troisième personne de l'imparfait du subjonctif (exemple : il désirait qu'elle mangeât un champignon).
 
Accent tréma :
Certains verbes prennent un accent tréma sur le i comme "ï" (exemple : amuïr, archaïser, coïncider,coïter, daïer,déjudaïser, démaoïser, désambiguïser, élaïdiser, entre-haïr, ghettoïser, haïr, hébraïser, judaïser, jumboïser, laïciser, laïuser, mosaïquer, ouïr, polyploïdiser, prosaïser, rejudaïser, thyroïdectomiser, tolstoïser...).

Cédilles

La cédille "ç" se place uniquement avant les voyelles "a", "o" et "u". Son rôle est de transformer la sonorité "K" en sonorité "S". Il faut placer la cédille de manière à respecter la bonne sonorité (exemple : je plaçais ma douille, j'ai reçu une souflette).

Trait d'union

Mot "en" et "y" :
Avec le mot "en" ou "y", il y a un trait d'union si l'un de ces mots se place après le verbe (exemple : vends-en  lui de la bonne ou vends-y de la fraîche) mais pas si l'un  de ces mots ("en" ou "y") se place avant (exemple : en vendant de la bonne). Si le verbe ne se termine pas par un "s", il faut ajouter un "s" quand même pour respecter la sonorité (exemple : fumes-en un peu ou fumes-y toute sa plantation). A l'impératif, à la deuxième personne du singulier (tu), le pronom devient un "t" devant le mot "en" ou "y" (exemple : cueille-t'en quelques têtes ou rends-t'y vite avant lui).
 
Mot "non" :
Avec le mot "non", on met un trait d'union si le verbe est à l'infinitif (exemple : une fin de non-recevoir) et aucun trait d'union dans le cas contraire (exemple : un joint non terminé).